Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Bannire mobile 768x128.gif

Aurélie n’a que 16 ans et elle attend un enfant : Jeanne Cherhal clashe Colonel Reyel

Publié le 14 sept 2011 - Partager cet article sur Facebook -

Tout le monde connait le tube de Colonel Reyel, qui fait un tabac chez les adolescents. C’est l’histoire d’Aurélie, lycéenne en classe de seconde, qui perd sa virginité dans une Twingo et tombe enceinte. Charmant. L’option de l’avortement s’offre à elle, mais elle préfère garder l’enfant. Un vrai conte de fée. Des paroles pas franchement joyeuses qui sonnent comme un discours anti-avortement et qui ont fait réagir l’excellente Jeanne Cherhal, qui a décidé de répondre en chanson.

Jeanne Cherhal se met dans la peau d’une jeune fille de 16 ans, enceinte, qui aurait été influencée par Colonel Reyel dans son choix de garder le bébé.

Colonel, j’ai 16 ans et je suis devenue maman. Concernant mon enfant j’ai suivi ton enseignement. Colonel, colonel, pour toi la vie est belle… mais je ne suis plus celle que j’étais quand j’étais pucelle.

Dans la chanson originale, la jeune fille affirme que malgré sa situation précaire, elle se sent prête pour qu’on l’appelle “maman”. Ses parents désapprouvent son choix et lui conseillent d’avorter. Elle ira contre leur volonté, et on ressent comme une certaine fierté de l’interprète pour cette enfant qui “s’est saignée” (sic) à construire seule un foyer.

Un peu plus sarcastique, la chanteuse continue : “J’ai trouvé un boulot, à la pêche aux bulots, j’ai les deux pieds dans l’eau et je suis payée au kilo [...] Aujourd’hui, je suis pas ton boloss – mais tu trouves pas que je ressemble à un cas soc ?!“.

Sur un ton plus agressif, elle poursuit : “Colonel, colonel, tu me l’as faite à l’envers. Toi tu ramasses l’oseilles et moi j’me retrouve le cul par terre. [...] Colonel t’es mon ami, et j’ai même pas le RMI, alors maintenant mon héros, tu me files tous tes euros“.

En France, depuis 1975, grâce à l’initiative et au combat de Simone Veil, les femmes peuvent décider de mettre fin à leur grossesse. En France chaque année, 220 000 interruptions volontaires de grossesse sont pratiquées.


Partager cet article sur Facebook
Ou sur un autre réseau social :
Ou sur Google +1 :

Laisser un Commentaire